Mode d’emploi

 Produits sauvages - Mode d’emploi

point_interrogation

Conservation

Il y a une date sous les pots : c’est la date limite d’utilisation optimale (DLUO) et non une date limite de consommation (DLC). Tous les produits se gardent à température ambiante. Les fleurs cristallisées, bien au sec et à l’abri de la lumière, moyennant quoi elles se gardent des années sans pâlir (les fleurs ont été choisies en conséquence).
Ceci dit, la question qui se pose : combien de temps peut-on garder les produits une fois ouverts ?
Produits « fines herbes sauvages » : ce sont des conserves au sel et à l’huile, sans cuisson : on peut ouvrir, se servir et refermer. Veiller simplement à ce qu’il ne reste pas de produit  sur les parois, et qu’il y ait toujours un petit peu d’huile sur le dessus.
Condiments au vinaigre (boutons, graines) : légèrement pasteurisés, ils continuent de bien se garder une fois ouverts grâce à la présence du vinaigre. Pour une conservation optimale vous pouvez les garder au frigo, mais ce n’est pas indispensable.
Gelées et confitures, coulis de coquelicot ou d’orties : ces produits ont été pasteurisés : les garder impérativement au frigo après ouverture. Si une petite moisissure se formait (sans fermentation), il suffit de l’enlever, le produit ne s’étant pas de ce fait altéré.

Idées d’utilisation des gelées et confitures
Bien sûr, en premier lieu, comme une confiture, sur du pain ou une biscotte, mais confitures ou gelées sont une question de temps. Sa fabrication en demande, sa dégustation aussi : la garder en bouche pour révéler toutes les saveurs des ingrédients.
Ensuite, compte tenu de leurs arômes souvent très recherchés, vous pouvez les utiliser dans une pâtisserie (en nappage, gâteau roulé à la confiture, gâteau yaourt à la confiture, petits gâteaux avec un trou au milieu, petits gâteaux ronds en deux parties réunies par la confiture, etc.) ou sur un dessert (crème, salade de fruits) pour les mettre en valeur,
• au niveau de la couleur : coquelicot par exemple,
• au niveau des arômes : serpolet, reine des prés, tanaisie, par exemple.
Pensez à aromatiser un yaourt nature, à garnir une crêpe. Vous pouvez aussi tenter l’expérience en les utilisant pour accompagner un plat salé : rôti de porc, viande froide,  ou pour faire une vinaigrette en y ajoutant cornichons hachés fin (mieux encore boutons ou graines au vinaigre), sel, huile et fines herbes (vous aurez ainsi du salé/sucré/vinaigré comme un ketchup ou un chutney. A mettre dans une marinade.

Idées d’utilisation des fines herbes
Vous les reconnaitrez car la première ligne de l’étiquette porte la mention « fines herbes sauvages ». Il s’agit d’une conserve traditionnelle au sel et à l’huile, sans cuisson, préservant ainsi toutes les saveurs de la plante fraîche. C’est un genre de pesto (le vrai = basilic, pignons, parmesan et ail conservés au sel et à l’huile), le basilic ayant été remplacé ici par d’autres plantes aromatiques (feuilles ou fleurs) hachées à la main et gardées nature au sel et à l’huile d’olive.
Base de sauces, de vinaigrettes, sur des toasts beurrés, avec du fromage blanc, avec du chèvre frais (petites boules pour l’apéritif), mélangé à du beurre pour steak, sur des pâtes (chaudes ou froides en salade), dans une mayonnaise, pour aromatiser un gratin, pour accompagner un carpaccio, pour parfumer une omelette, pour assaisonner un tartare de viande ou de poisson…
Vous pouvez faire une pâte à tartiner (ou à utiliser pour accompagner viande ou légumes crus ou cuits, ou pour garnir de petits feuilletés, ou pour les utilisations déjà mentionnées ci-dessus) : ajoutez alors un ou plusieurs des ingrédients suivants : poudre d’amandes, hachis de tomates séchées, olives vertes ou noires hachées, compote de fruits (pommes, fraises…), câpres, fromage sec genre parmesan - pas d’ail (car ou c’est déjà de l’ail des ours, et ce n’est pas nécessaire, ou c’est une autre plante et ce serait dommage de l’écraser avec la saveur de l’ail)
Pour l’ail des ours, il y a aussi le beurre d’escargot ou l’agneau à cuire au four.

Idées d’utilisation des condiments au vinaigre
Graines ou boutons de fleurs : ail des ours, poireau sauvage, pissenlit… Légèrement pasteurisés, ils se gardent bien une fois ouverts grâce au vinaigre : pour une conservation optimale vous pouvez garder les pots ouverts au frigo.
S’agissant de vinaigre, surtout pour les boutons, il peut être rusé de les égoutter au préalable sur un sopalin. Vous les utilisez comme des câpres ou de petits cornichons, en fait, chaque fois que vous souhaitez donner un peu d’acidité tout en introduisant des nuances aromatiques supplémentaires.
Les mettre en valeur sur un toast avec du poisson fumé ou les incorporer dans des boules de chèvre frais. Dans une sauce gribiche, une marinade, une sauce ravigote, un tartare ; pour accompagner charcuteries, terrines, poissons (et pas que la raie et les joues de lotte), œufs mollets, aiguillettes de poulet, avocats, champignons crus en salade, etc.
Le concentré de vinaigrette : une c. à café pour aromatiser votre vinaigrette habituelle.

Idées d’utilisation d’un chutney
Préparation salée/sucrée/vinaigrée ; le chutney mixé donne un ketchup. Le chutney s’utilise de la même manière. Il accompagne aussi un foie gras. Il peut s’utiliser comme les condiments au vinaigre ci-dessus.

!